Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un peu d’histoire ...

 

667511852.JPGLe Château de la Poivrière se situe en limite de l'Allier et du Puy-de-Dôme, aux confins des deux anciennes provinces de l'Auvergne et du Bourbonnais.

Bordé de prés et de bois, il semble scruter les ondulations des montagnes noires.

Situé sur une motte féodale, dominant la vallée de l'Allier, le Château de la Poivrière dresse son donjon carré et ses cinq tours coiffées de hauts toits en poivrière.

Son architecture est typique des châteaux de la fin du Moyen-Age.

En effet, ce fief dont il est fait mention des le XIVe siècle, appartint à Jean Le Groing qui fit construire le Château de la Poivrière autour d'un donjon datant du XIIIe siècle.

Agrandi au XVe puis au XVIe, le Château de la Poivrière est supposé avoir hébergé Madame la Marquise de Sevigne durant un été lorsqu'elle venait prendre les eaux à Cusset et à Vichy.

 

1257877566.gif

La propriété date du 14e, 15e et 19e siècle.

Les façades, les toitures ainsi que les murs de clôture et la chapelle sont inscrits à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) depuis 1978.

Le Château de la Poivrière adhère à la Demeure Historique et VMF Patrimoine Historique.

 

Photos   www.chateaudelapoivriere.com

 

 

L’histoire ... en bref

 

89581d6295b1151c642ce9cc3e12e86a.jpg

Au temps des chevaliers ...

En 1392, le fief de la Poivrière appartient à Jean Le Groing époux de Jehanne de Neyrat de Pontgibaud. Le château de la Poivrière est entre les mains de la famille Le Groing qui, de père en fils ou en frère, sont « chevaliers et seigneurs de la Poivrière ».

 

Sur les terres de la Poivrière ...

En 1451, Guillaume IV Le Groing est seigneur de Villebouche et de la Poivrière. Son successeur, Jacques Le Groing, obtient du roi la  permission de fortifier le château de la Poivrière. La seigneurie de la Poivrière reste propriété des Le Groing entre le milieu du 15e siècle et 1670.

97c6a2f9acecfbf0437379556c4775c6.jpg

Vers 1670, Louis Ier de Bourbon, chevalier, comte de Busset,  seigneur de la Poivrière achete le fief. Ses deux fils, sans  descendance, en héritent. Le château passe ensuite en 1707 à Gaspard Colin de Gevaudan et  enfin à Gilbert de Chauvigny de Blot, chevalier, seigneur des Salles, qui le conserve de 1754 à la Révolution ...

 

L’histoire ... en detail

 

c30acd6f3b85b579d9e3bd70577105dd.jpgLe fief de la Pouvrière, en 1392 appartient à Jean Le Groing, époux de Jehanne de Neyrat de Pongibaud. Le château de la Poivrière est entre les mains de la famille Le Groing qui, de père en fils ou en frère, sont « chevaliers et seigneurs de la Poivrière ».

En 1451, Guillaume IV Le Groing est seigneur de Villebouche et de la Poivrière. Son successeur, Jacques Le Groing, obtient du roi la  permission de fortifier le château de la Poivrière. La seigneurie de la Poivrière reste propriété des Le Groing entre le milieu du 15e siècle et 1670.

Par achat, il passe à Louis Ier de Bourbon, chevalier, comte de Busset, vers 1670. Ses 2 fils Louis II de Bourbon, chevalier, comte de Busset et Antoine Francois de Bourbon le vendirent le 18 juillet 1707, pour 71000 livres à Gaspard Colin de Gevaudan, ecuyer, cornette dans le Régiment de Monseigneur le Dauphin, qui avait épouse le 25 avril 1707 Marguerite de Badier de Verseille. Leur fils, à la mort de son père le 8 novembre 1732, hérite du château. Joseph Colin de Gevaudan, chevalier, est seigneur de la Poivrière, Saint Priest, le Bouchet, Reillat, le Montet. Il est capitaine de regiment de cavalerie des cuirassiers du Roi. Il est marie avec Victoire Euphemie de Douzon le 16 decembre 1753, laquelle est encore propriétaire du château le 21 aout 1777 et déceda en 1798.

Le château passe par achat à Gilbert de Chauvigny de Blot et son épouse Marie Valette de Bossedon, lesquels le conservent jusqu'en 1789.

En 1809, Monsieur Soalhat possède le chateau de la Poivrière. Sa fille en hérite. Il sera ensuite vendu successivement en 1928 à un architecte qui entreprend des travaux d'aménagement intérieurs et extérieurs, en 1949 à un avocat, Maitre Barthe, puis en 1968 à Madame Audemard d'Alençon. 

 

Mausolee Le Groing

e89ac0caeadaf4394b445f99bd1bed67.jpgEn l'église de Treignat (près de Montlucon), vous découvrirez, à gauche de la sacristie, un somptueux monument funéraire dédié à la famille Le Groing, seigneurs de Villebouche et de la Poivrière. Ce mausolée du 16ème siècle est classé aux monuments historiques depuis 10 octobre 1906.

C'est la sépulture des deux frères, Anthoine Le Groing (mort en 1505) et Jehan Le Groing (blessé en 1515 à Marignan et décédé à Pavie), fils de Aubert le Groing, seigneur de Villebouche et de Jeanne de La Forest.

Deux épitaphes gravées en caractères gothiques sont visibles ; l'un sur le pourtour de la dalle portant le gisant et le second, au fond de l'enfeu, gravée sur un cartouche porte par deux anges.

 

© Pays d'Huriel

Gisant, tombeau, chevalier, Anthoine, le groing,poivriere,pouvriere,jehanne de neyrat de pontgibaud,gaspard colin de gevaudan,gilbert de chauvigny de blot,mausolee le groing

Une première épitaphe sur le pourtour de la dalle portant le gisant :

« Cy gist noble homme messire Anthoine Le Groin, chevalier en son vivant seigneur de Villebouche et de Recullat, lequel heut a femme dame Janne des Barres et trespassa le dit seigneur le 18 de mars l’an 1505. Dieu aye l’ame et fit faire ceste sepulture ladite dame Janne des Barres »


Une second épitaphe, au fond de l’enfeu, gravée sur un cartouche porté par deux anges :

Jhesus Maria

« Cy gist noble et debonere seigneur messire Jehan le Groing en son vivant chevalier et seigneur de Villebouche et de Recullat. Un des gentilshonnes de la maison des roys Charles VIII, Louis XII et François Ier de ce nom. Lequel apres la bataille et victoire obtenue, luy etant en personne à Marignan pres de Milan, contre les Suisses et Lombars, le jour Saint Croix (14 septembre) par le dit roy François. Trespassa a Pavie le 26eme jour de septembre 1515 qui depuis fut apporté dudit Pavie en ce lieu a la requete de honorable dame madame Gilberte Bertrande, femme dudit seigneur le Groing par vive amour conjugale qu’elle luy portait. Si veuilles prier Dieu que en bon repos soit son âme. Amen »

Pater noster Ave Maria

 

 

 

Les commentaires sont fermés.